Catalogue 2020 : énergie du vivant

Pour lire et/ou imprimer le catalogue cliquez ici

L’Association Science et Livre (ASEL) a choisi pour son 10ème festival le thème « énergie du vivant ». Le terme « énergie » vient du latin energia, lui-même issu du grec ancien ένέργεια/enérgeia. À l’origine, ce terme grec signifie « force en action ». On retrouve ainsi l’idée de force, concept également délicat à définir mais dont la perception intuitive suggère la nécessaire présence et mobilisation pour être capable de transformer notre monde extérieur.

De manière très générale et conceptuelle, quel que soit le domaine d’étude et d’observation, on appelle énergie l’élément nécessaire pour provoquer un changement de situation, c’est-à-dire faire évoluer ce que l’on observe d’un état initial à un état modifié. L’énergie est fondamentale et à l’origine de nos capacités d’actions et de transformations dans ce monde. En physique, l’énergie correspond à la capacité d’un système à exécuter un travail dont le résultat correspondra à une combinaison de déplacement (mouvement), production de chaleur, de lumière, d’électricité…

Les processus énergétiques mis en œuvre par le vivant dépendent principalement de l’oxydoréduction, soit un échange d’électrons. Ces mécanismes résultent d’une longue évolution depuis les premières formes de vie jusqu’à aujourd’hui.
Chez les organismes vivants, qu’ils soient uni- ou pluricellulaires, la vie est maintenue grâce à l’apport continu d’énergie qui préserve leur équilibre interne, leur croissance et leur développement. Ils produisent et consomment de l’énergie. Pour cela quatre processus énergétiques existent chez les êtres vivants :
– deux « stockent » de l’énergie en fabriquant leur propre matière organique à partir de matière prébiotique (inorganique) : la photosynthèse et la chimiosynthèse ;
– deux libèrent l’énergie stockée dans les molécules biotiques (organiques) : la respiration cellulaire et la fermentation.

Le problème de la conversion de l’énergie entre ses différentes formes (transduction) se pose avec la même acuité aux êtres vivants qu’aux sociétés humaines. Les systèmes vivants sont soumis aux mêmes contraintes que le reste de l’univers : L’énergie n’est pas gratuite (1er principe), il faut donc trouver dans l’environnement une source
d’énergie. Les êtres vivants savent faire usage de l’énergie chimique (nombreuses réactions, dont la respiration) et de l’énergie lumineuse (photosynthèse).
Les transformations spontanées induisent un gaspillage d’énergie vers des formes moins « nobles », notamment sous forme de chaleur (2ème principe). Il faudra utiliser des dispositifs élaborés pour récupérer une partie de cette énergie « dégradée » sous une forme utile (mouvement : énergie mécanique, synthèse de composés chimiques élaborés ou anabolisme…).
L’évolution et le développement de l’Homme et des civilisations sont étroitement liés à la connaissance et à la maîtrise de l’énergie sous ces différentes formes. Avec la maîtrise du feu, l’Homme a pu s’éclairer, se chauffer, cuire ses aliments et créer de nouvelles techniques de
production (travail des métaux par exemple). Puis avec l’élevage, il a su accaparer et utiliser à ses fins et besoins l’énergie des animaux. Il en fut ainsi avec l’exploitation du vent et de l’eau, du soleil, de l’invention du moteur à explosion, de la Révolution industrielle, de l’invention de l’électricité, de la maîtrise de l’atome (nucléaire)…
Dans ce catalogue, les livres sélectionnés et présentés vous permettront de découvrir le rôle essentiel de l’énergie chez les êtres vivants. Ils ont été répartis en trois parties et classés par tranche d’âge : la première partie concerne la production et la consommation d’énergie pour vivre (photosynthèse, nutrition, énergie dans la cellule) ; la deuxième partie analyse l’utilisation des énergies naturelles pour survivre ; la troisième partie présente les énergies inventées pour améliorer le confort. À la fin du catalogue, vous trouverez des livres, sur le thème, qui ont déjà fait
l’objet de critique dans nos catalogues précédents.
Ces livres sont accessibles à toutes et à tous, petits et grands, néophytes, curieux et passionnés.