Comment fait le gecko pour marcher au plafond ?

You are here:
< Back
Comment fait le gecko pour marcher au plafond ? - <p>Dans la Nature, tout apparaît évident. Le papillon a des ailes et il vole ; le poisson des nageoires et il nage... Sous cette apparente simplicité se cachent des architectures extraordinairement complexes, à une échelle de taille immédiatement supérieure à celle de la molécule.Ramper, nager, voler, résister aux chocs, se protéger du soleil, se camoufler, guider la lumière, séduire, voir la nuit... Les nanostructures remplissent de nombreuses fonctions, et leur sophistication n'a pas fini de nous émerveiller. Alors que la Nature est économe et utilise peu d'éléments chimiques, ces structures multifonctionnelles sont extrêmement efficaces, souples et robustes. Et sous le microscope, elles montrent un judicieux désordre qui facilite leur adaptation aux divers changements environnementaux. Que d'ingéniosité dans le nanomonde ! Dans cet ouvrage, l'auteur présente les exemples les plus marquants de structures naturelles chez les animaux et chez les plantes. Le livre fait la part belle à l'image, avec nombre de clichés originaux et inédits. Au fil des pages, une idée émerge : la Nature a beaucoup à nous apprendre, à une échelle que nous commençons à peine à maîtriser.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>« Les nanostructures élaborées par le vivant excitent notre imagination par leur beauté et l'intelligence qu'elles révèlent. La protection de la biodiversité s'avère indispensable pour que nous puissions imaginer les solutions bio-inspirées qui sauveront peut-être la planète ! »</p>

<p>Jacques Livage, membre de l'Académie des Sciences.</p>

BERTHIER Serge
BELIN/POUR LA SCIENCE, 2016
ISBN : 9782701177830

Des microstructures et leurs fonctionnements au sein du règne animal
(biodiversité, nanostructures)

Cet ouvrage, au titre accrocheur, ne nous parle pas que des geckos mais bien de nombreux exemples de microstructures que l’on retrouve dans différents groupes d’animaux. Il permet de mieux comprendre des comportements, couleurs ou capacités observables à l’œil nu en montrant que tout ceci commence à l’échelle microscopique. Il nous sensibilise sur un monde caché pourtant sous nos yeux mais qu’il faut observer avec un autre angle accessible avec un peu de technologie. Vous ne regarderez plus forcément les animaux de la même manière après cette lecture.

Pour lire la critique cliquez ici

Previous Comme un poisson dans l’eau
Next COMMENT PERCER LES SECRETS DE LA LUMIÈRE
Table of Contents